Évènements

En quête de protection | Visionnement et discussion

En quete de Protection - Affiche final_05april (1)

Le Collectif de recherche FemAnVi vous invite au visionnement du documentaire « En quête de protection », une initiative de La Maison d’Ariane et réalisé par Claudia Gama. L’évènement aura lieu le 23 mai 2018 de 19h00 à 21h00 à la pièce 4004 du Pavillon des sciences sociales de l’Université d’Ottawa.

Le visionnement du documentaire sera suivi d’une discussion avec Danielle Leblanc, intervenante à La Maison d’Ariane et membre de l’équipe de réalisation du documentaire En quête de protection.

· · · ·

LE DOCUMENTAIRE
En quête de protection analyse les impacts des interventions sociojudiciaires sur la relation mère-enfant en contexte de violence conjugale de manière inédite en évoquant notamment la violence
qui a cours pendant et après la rupture.
À travers l’histoire de Pascale, jeune adulte issue d’une famille où sévissait la violence conjugale, et de prises de parole de divers spécialistes, ce documentaire fait état des difficultés et des préjudices vécus, au terme de la relation mère-enfant, par les victimes dans leurs démarches pour quitter les conjoints oppresseurs et assurer leur sécurité et celle de leurs enfants.
En quête de protection dépeint l’injuste réalité de milliers de victimes de violence conjugale au Québec et se veut un levier de conscientisation visant l’amorce d’une réflexion collective sur
l’accompagnement des femmes et des enfants victimes de violence conjugale et de violence post-séparation.

· · · ·
ENTRÉE LIBRE
ACCESSIBLE AUX PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

Pour plus d’information : info@femanvi.org

MONTRÉAL | Lancement du livre d'Isabelle Côté

Copie de lancement (1)

Le Collectif de recherche féministe anti-violence (FemAnVi), le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et le Groupe Interdisciplinaire de recherche sur l’antiféminisme (GIRAF), en collaboration avec les Presses de l’Université du Québec, vous invitent au lancement du livre « Les pratiques en maison d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale : 40 ans d’histoire » par Isabelle Côté. Le lancement aura lieu le 26 avril 2018 à 18h00 À MONTRÉAL au Bar Salon de la Cinémathèque.

· · · ·

DESCRIPTION
C’est au milieu des années 1970 que des Québécoises, décidées à sortir le phénomène de la sphère privée, ont mis sur pied les premières maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Levant le voile sur la violence des hommes à l’endroit des femmes dans les couples, problème longtemps compris comme étant d’ordre familial, elles ont développé des ressources permettant d’accueillir celles qui désiraient se soustraire à l’emprise de leur agresseur. Les maisons d’hébergement se sont ainsi imposées comme l’une des plus importantes réponses du mouvement féministe à cette problématique, au Québec et ailleurs.
Le présent ouvrage trace l’évolution, sur une période de 40 ans, des pratiques dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec. Articulé autour des valeurs qui sont au cœur de ces ressources, il comporte à la fois une dimension historique alimentée par des rencontres avec des pionnières et de multiples allers-retours entre la théorie et la pratique. Rédigé dans une perspective féministe, ce livre s’adresse ainsi à un public varié : chercheur.e.s, praticien.ne.s et étudiant.e.s qui s’intéressent de près ou de loin à l’intervention en maison d’hébergement.

· · · ·

BIOGRAPHIE
Isabelle Côté, Ph. D., est titulaire d’un doctorat en service social de l’Université de Montréal. Elle est professeure en service social à l’Université Laurentienne à Sudbury où elle enseigne les fondements théoriques de la pratique du travail social. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective critique et féministe et portent sur la violence faite aux femmes et aux enfants ainsi que sur l’intervention sociale. Elle est membre du Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et est l’une des membres fondatrices du Collectif de recherche FemAnVi à l’Université d’Ottawa, collectif composé de chercheur.e.s, d’intervenant.e.s, de militant.e.s et d’étudiant.e.s qui s’allient pour lutter contre les violences faites aux femmes.

· · · · · · · · ·

DATE : 26 avril 2018
HEURE : 18h00
LIEU : Bar Salon de la Cinémathèque (335, boul, De Maisonneuve Est)
Montréal, QC
· · · · · · · · ·
ENTRÉE GRATUITE
ÉCRIVEZ À info@femanvi.org POUR CONFIRMER VOTRE PRÉSENCE

Forum Aliénation parentale à l'UQÀM

BANNIÈRE FB

Le Collectif de recherche FemAnVi, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM vous invitent au forum intitulé « L’aliénation parentale : une menace pour les femmes et les féministes » qui aura lieu le 26 avril prochain à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM – Pavillon Hubert-Aquin, salle A-2885) .

Les conférencières et conférenciers y feront le point sur le concept d’aliénation parentale et ses manifestations en Europe et au Québec, tout en établissant des liens avec l’antiféminisme.
Ce forum réunira des chercheur-es de la France, de la Belgique et du Québec, ainsi que des intervenantes en maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale.

 

INSCRIPTION GRATUITE ET OBLIGATOIRE : info@femanvi.org

Programme

 

 

Lancement du livre : Les pratiques en maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale

lancement (4)

La Maison Unies vers femmes et le Collectif de recherche FemAnVi, en collaboration avec les Presses de l’Université du Québec, vous invitent au lancement du livre « Les pratiques en maison d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale : 40 ans d’histoire » par Isabelle Côté.
Le lancement aura lieu le 30 avril 2018 de 17h00 à 19h00 au bar/bistro/café Le Troquet (41 rue Laval, Gatineau, QC).

DESCRIPTION
C’EST AU MILIEU DES ANNÉES 197O QUE DES QUÉBÉCOISES, décidées à sortir le phénomène de la sphère privée, ont mis sur pied les premières maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Levant le voile sur la violence des hommes à l’endroit des femmes dans les couples, problème longtemps compris comme étant d’ordre familial, elles ont développé des ressources permettant d’accueillir celles qui désiraient se soustraire à l’emprise de leur agresseur. Les maisons d’hébergement se sont ainsi imposées comme l’une des plus importantes réponses du mouvement féministe à cette problématique, au Québec et ailleurs.
Le présent ouvrage trace l’évolution, sur une période de 40 ans, des pratiques dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec. Articulé autour des valeurs qui sont au cœur de ces ressources, il comporte à la fois une dimension historique alimentée par des rencontres avec des pionnières et de multiples allers-retours entre la théorie et la pratique. Rédigé dans une perspective féministe, ce livre s’adresse ainsi à un public varié : chercheur.e.s, praticien.ne.s et étudiant.e.s qui s’intéressent de près ou de loin à l’intervention en maison d’hébergement.

BIOGRAPHIE
Isabelle Côté, Ph. D., est titulaire d’un doctorat en service social de l’Université de Montréal. Elle est professeure en service social à l’Université Laurentienne à Sudbury où elle enseigne les fondements théoriques de la pratique du travail social. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective critique et féministe et portent sur la violence faite aux femmes et aux enfants ainsi que sur l’intervention sociale. Elle est l’une des membres fondatrices du Collectif de recherche FemAnVi à l’Université d’Ottawa, collectif composé de chercheur.e.s, d’intervenant.e.s, de militant.e.s et d’étudiant.e.s qui s’allient pour lutter contre les violences faites aux femmes.

· · · ·
Prière de confirmer votre présence : rsvp@puq.ca
· · · ·

Lancement du livre : Il se prenait pour le roi de la maison!

Copie de Invitation au lancement du livre (1)

 

Le Collectif de recherche FemAnVi et la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes vous invitent au lancement du livre « Il se prenait pour le roi de la maison! » le 29 mai 2018 à 17h00 à l’Hôtel Ramada, Gatineau.

· · ·
DESCRIPTION
Des menaces, des cris, des coups même… à la maison! Ça te dit quelque chose? Des enfants, des jeunes, ont voulu partager leur expérience pour que cesse la violence. Un petit livre qui témoigne. Des leçons de vie qu’on n’oublie pas.

· · ·
ILLUSTRATIONS par Élisabeth Eudes-Pascal
Née à Montréal, Élisabeth Eudes-Pascal est peintre et illustratrice. Elle a illustré de nombreux livres pour enfants, dont Bill Chocottes, le héros qui avait peur (éditions Les 400 coups). Depuis des années, elle travaille avec des personnes ayant une déficience intellectuelle.

PAROLES RECUEILLIES par Simon Lapierre et Isabelle Côté
Simon Lapierre et Isabelle Côté font partie du collectif de recherche féministe anti-violence FemAnVi qui cherche à mobiliser, soutenir, et réunir les chercheur.e.s, les étudiant.e.s, les intervenant.e.s et les militant.e.s contre la violence faite aux femmes.

· · ·
Entrée gratuite
MERCI DE CONFIRMER VOTRE PRÉSENCE avant le 23 mai 2018 : info@femanvi.org
Les enfants sont les bienvenus!

Conférence Ouvre tes yeux par la Maison Unies-Vers-Femmes

_ (7)

FemAnVi vous invite à la conférence « Ouvre tes yeux aux violences faites aux femmes : Un retour aux interventions militantes féministes pour une visée de changement social » qui aura lieu le 14 mars 2018 à la pièce 4006 du Pavillon des sciences sociales de l’Université d’Ottawa.

DESCRIPTION
Cette présentation vise à souligner l’importance de ramener l’intervention collective dans une visée de changement social au cœur de l’intervention féministe tout en explorant l’exemple d’une initiative développée par la Maison Unies-Vers-Femmes à l’automne 2017.

LA MAISON UNIES-VERS-FEMMES
La Maison Unies-Vers-Femmes (MUVF) est une maison d’aide et d’hébergement pour les femmes et leurs enfants victimes de violence conjugale. Sa mission est de contrer la violence conjugale en s’assurant de répondre au droit à la sécurité des femmes et de leurs enfants, en leur offrant un lieu d’hébergement confidentiel et sécuritaire. Les femmes et leurs enfants y retrouvent le sens d’avoir un chez soi, dans lequel elles peuvent être libres de mener leurs vies à leur manière et où elles peuvent reconnecter avec leurs droits, leur plaisir et leur sentiment d’outrage, sans retenue, honte, ni culpabilité. 

ENTRÉE LIBRE

Colloque Compétence parentale, garde des enfants, violence conjugale : comment évaluer le meilleur intérêt de l’enfant?

image001

DESCRIPTION 

Colloque organisé par FemAnVi et Trajetvi. Ce colloque pose un regard sur l’utilisation du concept du meilleur intérêt de l’enfant et son évaluation dans les décisions prises par les juges et les professionnel-les dans certains contextes particuliers d’intervention et sur les impacts de ces décisions sur les mères et les enfants. Il veut également susciter les échanges et les discussions sur le sujet entre personnes provenant de divers horizons professionnels.

Quand: le 16 mars 2018 de 8h30 à 16h30
Où:
Salle polyvalente (SH-4800)
200 rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec) H2X3P2

Frais d’inscription: 50$ (pauses café et dîner inclus)

Modalité de paiement:
Veuillez faire un chèque libellé à l’ordre du CRI-VIFF – Université de Montréal et l’envoyer par la poste:
Cri-Viff, École de service social Université de Montréal
C.P. 6128, Succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3J7

Facturation possible pour les organismes communautaires ou institutionnels.

PROGRAMME PRÉLIMINAIRE 

Cliquez ici pour le programme préliminaire

INSCRIPTION

Pour vous inscrire, cliquez ici 

POUR TOUTE INFORMATION

Téléphone : 514 343-6111 poste 2660
helinette.pigatti.boamorte@umontreal.ca

25 janvier 2017 : Conférence de M. Blais et F. Dupuis-Déri

fbcoverjanvier

Le Collectif de recherche féministe anti-violence vous invite à la conférence intitulée Des discours publics aux attaques ciblées : antiféminisme, masculinisme et violences contre les femmes, par Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri.

Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri présenteront les discours antiféministes/masculinistes qui ont su attirer l’attention des médias et des décideurs politiques pour ensuite traiter des actions contre les réseaux de soutien aux femmes violentées et de leurs effets.

| Conférencière et conférencier invité.e.s |

Mélissa Blais est chargée de cours à l’Institut de recherches et d’études féministes et doctorante en sociologie à l’UQAM. Elle a codirigé, avec Francis Dupuis-Déri, l’ouvrage collectif Le mouvement masculinisée au Québec : l’antiféminisme démasqué aux éditions de Remue-ménage (ré-édité en 2015).

Francis Dupuis-Déri est professeur de science politique à l’UQAM. Il et elle sont toutes deux membres de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM, de FemAnVi et du Réseau québécois en études féministes (RéQEF).

DATE : 25 janvier 2017
HEURE : 11h30 à 13h00
LIEU : Faculté des sciences sociales, Université d’Ottawa, salle 4006

Entrée gratuite

Violence sexuelle et culture du viol sur les campus : Partie II

FotorCreated

Le 30 novembre 2016, dans le cadre des 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes, FemAnVi a invité les membres de la communauté à la conférence intitulée « Violence sexuelle et culture du viol sur les campus : les politiques font-elles partie de la solution? ». Faisant suite à une conférence du 7 octobre 2016 mettant en lumière l’état de la situation dans divers campus de l’Ontario et du Québec (pour voir un article sur cette conférence, cliquez ici), cette conférence s’est penchée sur la question des politiques comme pistes de solution.

Les panélistes :
Ariane Litalien, Co-fondatrice – Québec contre les violences sexuelles
Daphné Gilbert, Professeure agrégée – Faculté de droit, section de Common Law à l’Université d’Ottawa

Réseautage féministe

25novAffiche

Le 25 novembre 2016, des féministes et pro-féministes de la région d’Ottawa-Gatineau intéressées à la justice sociale, au militantisme et à la lutte contre les violences faites aux femmes se sont rassemblées lors de la soirée Réseautage Féministe afin de faire de nouvelles rencontres et de développer des possibilités d’alliances et de partenariats. Une soirée conviviale pour lancer les 16 jours d’actions contre la violence faite aux femmes!

 

La violence des femmes : Conférence de Dominique Damant

D.Damant

Le 17 novembre 2016 se tenait une conférence midi de Dominique Damant intitulée « La violence des femmes : À qui appartient le discours et comment intervenir? ». Cette conférence s’est tenue à l’Université d’Ottawa

DESCRIPTION
Depuis le milieu des années 1990, on assiste à la montée de discours antagonistes au sujet de la violence des femmes. Certains soutiennent que la violence des femmes s’inscrirait dans un rapport symétrique et équivalent à celle des hommes. D’autres s’opposent à une telle lecture et affirment l’importance d’adopter une analyse féministe de la violence des femmes, du fait que les femmes occupent des positions inégalitaires par rapport aux hommes en raison de leur genre. Dans cette optique, les femmes qui exercent de la violence semblent avoir une longue histoire de victimisation et plusieurs d’entre elles ont été victimes de violence conjugale. Elles vivent dans des conditions de vie plus précaires, après avoir été exposées à des difficultés familiales et de la pauvreté dans leur enfance. Certaines d’entre elles ont été initiées à la criminalité dans leur famille, notamment en étant forcées à voler ou à se prostituer par leurs parents. À l’âge adulte, elles sont susceptibles de connaître des problèmes de santé de mentale et de toxicomanie et sont souvent des mères monoparentales. Ainsi, de nombreux auteurs s’accordent sur la nécessité de développer des programmes qui répondent aux besoins spécifiques des femmes qui exercent de la violence et ce dans une perspective féministe. Dans cette perspective, un partenariat entre des chercheures universitaires, des groupes de femmes ainsi que des femmes vivant le problème a mené au développement d’un programme d’intervention de groupe basé sur le féminisme intersectionnel. Ce programme vise à soutenir les femmes dans l’adoption de comportements alternatifs à la violence dans une perspective de changement social en tenant compte de leur socialisation et de leurs conditions de vie.

Lors de cette conférence, Dominique Damant a présenté les données existantes sur la situation de ces femmes ainsi qu’un programme féministe développé au Québec.

Cliquez ici pour l’évènement Facebook

 

Violence sexuelle et culture du viol sur les campus : État de la situation

7oct2016

Le 7 octobre 2016, FemAnVi a fait la présentation d’un panel de discussion où quatre femmes ont présenté un état de la situation actuelle de la violence sexuelle et des situations démontrant la présence d’une culture du viol sur les campus.

Les panélistes :

Manon Bergeron, Université du Québec à Montréal
Valérie La France-Moreau, Université du Québec en Outaouais
Kelly Gordon, Université d’Ottawa
Josée Guindon, CALACS francophone d’Ottawa

 

Réseautage Féministe

2 2

Le 26 septembre 2016, des féministes et pro-féministes de la région d’Ottawa-Gatineau intéressées à la justice sociale, au militantisme et à la lutte contre les violences faites aux femmes  se sont rassemblées lors de la soirée Réseautage Féministe afin de faire de nouvelles rencontres et de développer des possibilités d’alliances et de partenariats.

Journée d’échanges sur les violences faites aux femmes

journeeechangesLe Collectif de recherche féministe anti-violence (FemAnVi) en partenariat avec l’Association des étudiant.es diplômés en Service social (ADEDESS) fut heureux d’inviter les étudiantes et étudiants collégiaux et universitaires, les membres de la communauté et les chercheures et chercheurs s’intéressant à la problématique des violences faites aux femmes à participer à la Journée d’échanges sur les violences faites aux femmes.

Cette journée, dont le but était de favoriser les échanges dans une atmosphère informelle et d’alimenter une réflexion collective sur les violences faites aux femmes, a eu lieu à l’Université d’Ottawa le jeudi 30 juin 2016.

 

La présomption d'innocence à la suite d'une agression sexuelle

12189639_253463761653438_9023047804310979557_n

Le 31 mars 2016, FemAnVi a eu le plaisir d’inviter Michaël Lessard, stagiaire en droit et recherchante à la Cour d’appel du Québec pour sa conférence « La présomption d’innocence à la suite d’une agression sexuelle ».

Lorsqu’une victime dénonce son agresseur sur la place publique, certains tentent de la faire taire en invoquant la présomption d’innocence. Ce fut le cas en 2014, lors du mouvement #AgressionNonDénoncée; ce fut encore le cas à l’automne 2015, alors qu’on révélait l’abus commis à l’endroit de femmes autochtones par des policiers de Val-d’Or. Pourtant, peut-on vraiment réduire une victime au silence en mettant de l’avant les droits de son agresseur ? Michaël Lessard croit qu’il s’agit là d’un mauvais usage de la présomption d’innocence. Dans cette conférence, il expliquera que la présomption d’innocence doit être replacée dans son contexte juridique. Ce principe est un outil procédural qui permet d’éviter les sanctions criminelles hâtives et qui favorise la recherche de la vérité. La présomption d’innocence ne peut pas être utilisée pour faire restreindre le débat public.

Voir l’enregistrement de la conférence ici

Militantisme, féminisme et violences : Comment passer à l'action?

8mars

Le 8 mars 2016, dans le cadre de la journée internationale des femmes, le Collectif de recherche FemAnVi a invité les étudiant.e.s de la Faculté des sciences sociales et les membres de la communauté à son atelier intitulé « Militantisme, féminisme et violences : comment passer à l’action? ».

Cet atelier a eu comme objectif d’exposer les membres de la communauté au militantisme féministe en créant un espace propice à la prise de parole et à l’indignation, en plus d’encourager les participant.e.s à trouver des pistes d’actions pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Des membres de la communauté ont présenté leur implication dans dans les luttes contre les violences faites aux femmes, incluant Jessica Silva, Patrick Ladouceur et Maïra Martin.

Cet événement a eu lieu dans le cadre de la Semaine nationale du travail social, organisée par les associations des étudiantes et étudiants en service social (Adess uOttawa et ADEDESS), l’École de service social et la Faculté des sciences sociales, en partenariat avec le  CNFS – Consortium national de formation en santé – volet uOttawa.

Nouveau Départ : Quand vivre rime avec rebâtir

Nouveaudepart

Le 21 janvier 2016, le Collectif de recherche FemAnVi et la Maison d’Ariane ont invité la communauté de la région de la capitale nationale au visionnement de « Nouveau Départ : Quand vivre rime avec rebâtir », un documentaire de Claudia Gama. Le visionnement fut suivi d’une discussion avec les femmes et les intervenantes impliquées dans ce projet.

Ce projet documentaire est à l’initiative de femmes ayant subi de la violence conjugale, désirant partager leur parcours en vue d’aider d’autres femmes à s’en sortir. Le documentaire « Nouveau Départ » met en lumière le parcours de ces femmes, de la prise de conscience à l’appel à l’aide, en passant par la violence subie en cours et après la séparation.

Bande annonce du documentaire

Suggestions d'événements

Si vous avez une suggestion de thématique ou de présentatrice pour une conférence, vous pouvez nous envoyer votre requête par courriel au : info@femanvi.org.